Qui sont les membres de votre famille?

Il y a ma conjointe Mishiel, notre fille Ozara qui a trois ans, mes parents Joseph et Sheilai.

À quel endroit habitez-vous?

Nous demeurons sur une petite ferme multigénérationnelle à Sainte-Lucie-des-Laurentides. Durant la session parlementaire à Ottawa; Mishiel, Ozara et moi habitons dans un condo à Gatineau durant la semaine et nous nous empressons de revenir à Sainte-Lucie le weekend.

 
Êtes-vous originaire d’ici?           

Je suis né à l’hôpital de Sainte-Agathe. À la suite de mes études et de ma première carrière en haute technologie, je suis revenu à Sainte-Lucie dans la maison familiale multigénérationnelle où j’ai grandi. Mishiel est native du sud des Philippines. Elle est arrivée au Canada en 2005. Nous nous sommes rencontrés à Ottawa en 2012 où je travaillais comme attaché politique.

 
Avez-vous un réseau pour vous donner un coup de main avec votre fille?

En vivant trois générations sous le même toit, quand nous sommes à Sainte-Lucie, les défis sont moindres que pour bien des parents. Nous avons des amis qui nous aident ponctuellement. Mais plus que tout, nous sommes presque toujours en trio. Mishiel et Ozara participent très souvent aux événements dans la région avec moi. Et elles m’accompagnent à Ottawa presque toutes les semaines.

 
Qu’est-ce qui représente un défi pour votre famille?

Lorsque nous sommes à Ottawa c’est un peu plus compliqué, car je suis habituellement au travail de 7 heures à 21 heures. Je ne suis alors pas disponible pour être avec elles. Elles ont beaucoup d’amis à Ottawa, mais nous n’avons pas de temps en famille. Souvent, elles dorment quand je pars le matin et sont déjà endormies quand je rentre le soir.

Un grand défi auquel nous devrons faire face est lorsqu’Ozara commencera l’école. Nous devrons alors choisir à quel endroit elle étudiera: à Sainte-Agathe, où nous sommes les weekends et 26 semaines dans l’année, ou à Gatineau, où nous sommes les 26 autres semaines de l’année. Il n’existe pas de bonne réponse, et c’est une question qui est difficile pour beaucoup de politiciens ayant de jeunes enfants.

 

Qu’est-ce qui a le plus changé depuis l’arrivée des enfants?

Tellement de choses ont changé en même temps. Nous étions, ça ne fait pas longtemps, un jeune couple sans enfant avec deux emplois stables. Mishiel a dû prendre un congé de maternité préventif parce que son travail était trop physique. Tout juste avant l’accouchement, j’ai négocié mon contrat pour alléger mes heures de travail afin de me consacrer à la campagne électorale et faire ma part avec l’arrivée de notre fille. Nos vies ont complètement changé dans un court délai. Il restait plusieurs mois avant l’élection. Toute la famille s’est investie dans l’organisation électorale, le porte-à-porte en même temps de prendre soin d’un nouveau-né, et ce avec des revenus limités. Quand j’ai eu l’immense honneur qu’on m’élise comme député fédéral de ma région en octobre 2015, nous sommes véritablement entrés dans la vie publique, ce qui a aussi eu des impacts sur la famille. La question serait plutôt, qu’est-ce qui n’a pas changé alors ? C’est l’appui et l’amour dans notre famille.

 

Quels sont les services qui facilitent votre vie de famille?

Au début, on a eu de l’aide d’une doula prénommée Sophie du centre Pleine Lune, un appui inestimable, et aussi du CLSC. Pendant la campagne électorale, nous avons connu les activités ZONE-famille et le camp d’été de la Maison de famille du Nord de la région ainsi que des services semblables auprès du centre de ressources familiales 4 Korners à Sainte-Agathe. Ça nous donnait l’opportunité de rencontrer plusieurs autres familles de la région. Nous sommes d’ailleurs toujours en contact avec plusieurs d’entre elles. Notre vie est un peu plus chargée maintenant. Le plus grand défi est simplement d’avoir une routine.

 

Avez-vous un coup de cœur, conseil ou astuce à partager aux autres familles?

Peu importe vos horaires ou votre stress, trouvez du temps pour vos enfants. Lire une histoire, chanter ensemble, ou tout simplement échanger durant les repas; voilà des moments sacrés.

La famille est une valeur primordiale pour moi.  Je suis fier, via mon travail, de contribuer à améliorer le sort des familles d’ici.  Ça nous inspire, mon équipe et moi.

 

Photo: Gracieuseté de David Graham.  De gauche à droite: David, Ozara,  Mishiel, Sheila et Joseph.