Voici l’entrevue réalisée avec Mélanie Petitclerc, mère et responsable d’un service de garde en milieu familial.

De qui est composée votre famille?

Il y a moi, mon fils William (3 ans) mon conjoint Martin et ses deux enfants; Matice (7 ans) et Naomy (15 ans).

 

À quel endroit habitez-vous?

À Saint-Faustin-Lac-Carré

 

Êtes-vous originaire de la région?

Oui, mon conjoint et moi avons grandi ici, notre famille est donc tout près et peut nous donner un coup de main avec les enfants.

 

Quel emploi occupez-vous?

Je suis responsable d’un service de garde en milieu familial subventionné depuis 5 ans. Nous sommes deux éducatrices à nous occuper de 9 enfants.

 

Quel est le défi d’avoir un service de garde à la maison?

Au départ, j’avais ouvert un service de garde privé. J’avais plus de difficulté à trouver des enfants, à me faire payer par les parents. J’étais vraiment laissée à moi-même. Depuis que mon service de garde est accrédité par le bureau coordonnateur CPE l’Antre-Temps, je me sens beaucoup plus soutenue. J’ai du soutien pédagogique pour les enfants, des visites surprises pour s’assurer de la qualité du service que j’offre. C’est très bien encadré.

 

Comment ça se passe avec vos enfants et le service de garde?

J’ai ouvert avant d’avoir mon garçon, j’ai toujours aimé les enfants. À la fin de mon congé de maternité, lorsque je suis retournée au travail, je souhaitais garder William dans mon service de garde. Les choses ne se sont pas passées exactement comme je le souhaitais. Il ne comprenait pas trop pourquoi je m’occupais des autres enfants , il avait de la difficulté a partager sa mère, ses jouets… Après quelques mois d’essai, j’ai décidé de l’intégrer à un autre service de garde en milieu familial. Son éducatrice est une perle et je suis bien contente.

Avec les enfants de mon conjoint, c’est autre chose. Sa plus vieille aime nous aider à nous occuper des enfants et son garçon de 7 ans doit quant à lui adapter un peu ses jeux lorsqu’il est en présence des plus petits. Ça se passe plutôt bien.

 

Qu’est-ce qui a le plus changé depuis l’arrivée de ton fils?

J’ai été monoparentale de la naissance de William jusqu’à ce que je rencontre Martin, un an et demi plus tard. J’ai eu la chance d’avoir beaucoup d’aide de la part de ma famille. Ma sœur est venue dormir chez moi parfois parce que mon bébé faisait des coliques et j’étais épuisée. Ma mère m’a aussi donné un bon coup de main.

Sinon, depuis que mon conjoint a aménagé ici avec ses enfants, il y a de la vie dans la maison du matin jusqu’au soir…avec les enfants de la garderie le jour et les nôtres le soir. Les moments de tranquillité se font plus rares!

 

Qu’est-ce qui représente un défi pour votre famille?

Une famille recomposée ça comporte toujours des défis. Le partage de l’autorité entre les parents, la rivalité entre les enfants qui doivent cohabiter. Nous avons eu à faire des ajustements mon conjoint et moi depuis que nous sommes ensemble.

 

Quelles sont les activités que vous aimez faire en famille?

William suit des cours de natation avec Karen Sampson. Comme toute la famille adore l’eau, nous allons nous baigner au complexe aquatique de Mont-Tremblant ou au Super 8 de Sainte-Agathe. Mon conjoint et les enfants aiment bien le parc pour vélo (Pumptrack) à Saint-Faustin-Lac-Carré et la piste cyclable le P’tit train du Nord.

J’ai eu la chance d’avoir la visite des ateliers d’éveil à la lecture CIRCULITOUT dans mon service de garde et j’avais également gagné une animation CIRCULITOUT suite à un concours du Cal en bourg 0-5 ans.

 

Quels sont les services qui vous utilisez et qui facilitent votre vie de famille?

J’ai participé au programme OLO lors de ma grossesse et ça m’a permis de découvrir la Maison de la Famille du Nord. Le CLSC est là pour nous soutenir avec le garçon de mon conjoint qui a été diagnostiqué avec un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Ça se passe beaucoup mieux à l’école depuis qu’il a un suivi.

Je consulte aussi régulièrement le site internet Naître et Grandir qui est très complet.

 

Avez-vous un conseil à partager avec un parent qui souhaiterait avoir un service de garde à la maison?

La plupart des responsables en service de garde souhaitent garder leur enfant à la maison lorsqu’elles commencent. Je leur dirais simplement de s’écouter et de ne pas se sentir coupables si jamais ça ne fonctionne pas comme elle le souhaite. Lorsqu’il y a un enfant absent de mon groupe, je garde mon garçon à la maison. C’est rare qu’il soit à sa garderie 5 jours par semaine et c’est un arrangement qui nous convient.

 

Pour en savoir plus:

Devenir responsable de service de garde en milieu familial

Gouvernement du Québec

 

 Le milieu familial

Bureau coordonnateur -CPE l’Antre-Temps

 

La famille recomposée 

Naître et Grandir