Entrevue réalisée avec Cloée et Hélène.

 

Qui sont les membres de votre famille?

Cloée: Moi, ma mère, Hélène, et ma fille Lili qui a 2 ans 1/2.

 

À quel endroit habitez-vous?

À Sainte-Agathe

 

Êtes-vous originaire de la région?

Cloée: Non, j’ai habité à Montréal et puis à Sorel. Je suis déménagée dans les Laurentides lorsque j’ai eu un emploi sur une base plein air.

Hélène:  Lorsque je suis déménagée à Sainte-Agathe, Cloée y était déjà depuis un an. Je suis arrivée et, deux semaines plus tard, elle a appris qu’elle était enceinte.

 

Comment se passe la cohabitation mère et fille?

Cloée: Comme je suis mère monoparentale, le fait d’habiter avec ma mère m’apporte beaucoup de soutien. Elle est d’une grande aide.

Hélène: C’est un privilège pour une grand-mère de pouvoir être si proche de sa  fille et de sa petite-fille. J’ai des amies qui sont jalouses ;). Lorsqu’on est parent, on n’a pas le temps de voir grandir nos enfants, car il y a toujours quelque chose à faire. Avec Lili, j’ai le temps de l’observer, c’est tellement beau de voir grandir un enfant.

Cloée: Nous avions déjà une bonne relation, mais habiter ensemble nous rapproche encore plus. Depuis que je suis une mère, je comprends aussi par quoi  est passée ma propre mère! Ça change la vision que j’ai d’elle. J’ai eu un accouchement long et difficile qui s’est terminé en césarienne. C’est ma mère qui a passé les premières heures avec Lili, je n’en étais pas capable sur le moment.

 

Qu’est-ce qui représente un défi pour votre famille?

Cloée: Même si ma mère m’aide beaucoup, je suis le seul parent de Lili, j’en ai l’entière responsabilité. Elle veut maman, maman, maman… je joue le rôle des deux parents à la fois.

Hélène: Pour moi le défi c’est de prendre du temps pour moi. J’aime m’occuper de ma fille et de ma petite-fille, mais j’essaie aussi penser à moi.

 

Lili fréquente-t-elle un service de garde?

Cloée: Oui, elle va dans un service de garde en milieu familial subventionné. Lili a une super éducatrice qu’on aime beaucoup. C’est un peu comme une autre grand-maman. Ma fille est très attachée à elle.

 

Qu’est-ce qui a le plus changé dans vos vies depuis l’arrivée de Lili?

Cloée: Professionnellement je dirais que ça a beaucoup changé. Je dois maintenant avoir un horaire de travail la semaine, de jour, alors qu’avant j’avais des horaires atypiques. J’ai la chance maintenant d’avoir un horaire flexible, ça facilite ma vie. Sinon, du côté social, c’est plutôt calme. Je ne m’en plains pas, mais je passe pas mal tout mon temps libre à m’occuper de Lili.

Hélène: Pour ma part, le quotidien n’a pas autant changé que celui de Cloée.  C’est certain que d’avoir une petite-fille remplit ma vie. Je dirais que ça me donne un coup de jeunesse, plus d’énergie.

 

Quelles sont les activités que vous aimez faire avec Lili?

Cloée: Nous allons à la plage et elle suit des cours de natation à Sainte-Agathe. Elle adore ça, elle est vraiment un petit poisson! Nous faisons du vélo. Lorsque Lili était plus jeune, j’ai participé à des activités de la Maison de la Famille du Nord qui avaient lieu à Sainte-Agathe.

Hélène: Je suis artiste-peintre, j’aime lui transmettre ma passion. Nous faisons beaucoup de bricolage ensemble.

 

Quels sont les services qui vous facilitent la vie?

Cloée: Je suis membre de Parents Uniques des Laurentides, ils offrent gratuitement la passe de saison pour les trois plages de Sainte-Agathe, pour ma fille et moi. Nous avons aussi participé au dépouillement de l’arbre de Noël de l’organisme et je visite parfois leur comptoir vestimentaire. Il y a des vêtements neufs et usagés.

Je vais aussi faire un tour dans les bazars et  j’achète des trucs  sur les babillards Facebook. J’utilise parfois le comptoir vestimentaire de la Maison de la Famille du Nord, c’est gratuit.

Après la naissance de Lili, j’ai eu de l’aide de l’infirmière du CLSC pour l’allaitement. Elle perdait du poids et avait du reflux et des crampes. Nous avons découvert vers l’âge de 7 mois que c’était une intolérance à la protéine bovine.

Je dirais que j’apprécie aussi les paniers-voiture du IGA à Sainte-Agathe. C’est la façon la plus facile de faire l’épicerie avec un enfant!

Hélène: Je participe aux cuisines collectives de La Colombe et à quelques ateliers. Comme je n’ai pas de voiture, j’utilise à l’occasion le transport en commun.

 

Quel conseil donneriez-vous à un parent monoparental?

Cloée: Ne pas avoir peur de le dire quand ça ne va pas bien, ne pas faire semblant que tout est facile. C’est normal qu’il y ait des moments difficiles. Ne pas hésitez à utiliser les services, ils sont là pour ça.

 

 

Pour en savoir plus:

Et si maman venait vivre avec nous?

Coup de pouce

 

La famille monoparentale; s’organiser

Naître et Grandir

 

Les allergies et intolérances à la protéine bovine

Maman pour la vie