Entrevue avec Kimberley Bremner d’Huberdeau.

 

De qui est composée votre famille?

Moi, François et Ludovic qui a 2 ans et 9 mois.

 

À quel endroit habitez-vous?

À Huberdeau.  Nous avons également un pied à terre à Montréal pour nous faciliter la vie avec les horaires de mon chum.

 

Êtes-vous originaire de la région?

Non, nous sommes natifs de Montréal tous les deux. Il y a 3 ans, nous avons acheté  un chalet 3 saisons à Huberdeau. Nous l’avons rénové et nous l’habitons depuis juin 2017.

 

Avez-vous un réseau pour vous aider avec Ludovic?

Oui, surtout la mère de François. Elle vient nous voir en campagne ou elle prend Ludovic chez elle. Nos familles sont encore à Montréal, mais nous les voyons régulièrement.

 

Qu’est-ce qui représente un défi pour votre famille?

Nous avons acheté la maison alors que j’étais enceinte. Comme elle avait besoin de rénovations majeures, ce n’était pas toujours évident en étant enceinte ou avec un bébé. Je n’ai pas pu aider comme j’aurais voulu. Il y a des moments où je restais à Montréal  avec Ludovic parce que c’était trop intense de vivre avec un bébé dans la poussière, les insectes ou le bruit.

François est directeur technique et ses contrats sont souvent à Montréal.  Parfois il part en tournée pour une période de temps. Je dois donc m’habituer à vivre seule en campagne lorsqu’il n’est pas là. Je suis assez solitaire alors ce n’est pas si difficile, mais si j’ai envie de voir des gens, c’est plus compliqué à Huberdeau qu’à Montréal.

 

Qu’est-ce qui a le plus changé dans votre vie depuis l’arrivée de votre enfant?

Nous avions tous les deux des horaires atypiques avant l’arrivée de Ludovic. Suite à mon congé de maternité, j’ai recherché un emploi dont l’horaire concordait avec celui de la garderie. François a encore un horaire atypique alors on se voit un peu moins qu’avant.

Notre façon de voyager a un peu changé.  Nous sommes allés au Portugal avec notre fils juste avant qu’il ait deux ans. Nous avons visité huit villes au total. Pour nous permettre d’en profiter au maximum, nous nous sommes planifié des plages horaires où nous visitions chacun de notre côté. Nous avions loué des appartements, nous n’avions pas d’itinéraires établis donc nous n’étions pas stressés. Ça a tellement bien été que ça nous donne le goût de recommencer.

 

Ludovic fréquente-t-il un service de garde?

Oui, il va dans un milieu familial subventionné à Huberdeau. Son éducatrice est vraiment super, elle aime beaucoup son travail et ça parait. Il y a six enfants dans le milieu de garde, ça permet à Ludovic de rencontrer des amis qu’il revoit dans les diverses activités au village. Pour ma part, j’y ai rencontré des parents qui nous ressemblent.

 

Quelles sont les activités que vous aimez faire avec votre enfant?

Nous sommes en pleine nature alors nous jouons beaucoup dehors… il y en a de la neige à Huberdeau. 😉 Nous faisons de la glissade, nous allons au parc, à la plage ou faire du canot. Nous allons à la bibliothèque pour l’heure du conte. Ludovic n’est pas très attentif, il est encore jeune, mais ça l’habitue tranquillement.

 

Quels sont les services que vous utilisez et qui facilitent votre vie de famille?

Lorsque j’étais enceinte, j’étais à Montréal et j’ai été en retrait préventif dès mon deuxième mois de grossesse. J’en ai profité pour m’inscrire au cours de yoga prénatal, à l’aquaforme, au cours prénatal.

Depuis que nous sommes dans la région, je découvre tranquillement les services et activités. Comme je suis plutôt solitaire et que je suis bien entourée au travail, je n’ai pas un grand besoin de m’inscrire à toute serte d’activité. Par contre, comme Ludovic grandit, je regarde ce qui se fait et je compte l’inscrire aux ateliers de Cirque avec Stéphanie et à des cours de natation au Complexe aquatique de Mont-Tremblant.

Je sais aussi qu’il y a une foule d’activités qui sont annoncées dans le calendrier des activités du Cal en bourg 0-5 ans.

 

Quel conseil donneriez-vous à une famille qui quitte Montréal pour s’installer en campagne?

Je leur conseillerais d’y aller doucement avec les rénos 🙂 ! De ne pas avoir peur de solliciter leur réseau pour garder les enfants pendant qu’ils travaillent sur la maison ou qu’ils déménagent. Nommer ses limites à l’autre conjoint pour que tout le monde soit sur la même page. Ça peut être beaucoup de mener les projets de bébé et de rénovations de front. Il faut se respecter et prendre son temps.

 

 

En savoir plus:

Ressources Laurentides: un service d’aide à l’établissement pour les gens désirant s’installer dans l’une des 20 municipalités de la MRC des Laurentides.

 

Banlieues éloignées; joies et misères

La Presse +

 

Rénover une maison avec un mini dans les pattes; 6 conseils

Blogue TLP Moms

 

Rénover…sans voir son couple s’écrouler

Coup de Pouce