Entrevue avec Katya et Steven de Mont-Tremblant

 

De qui est composée votre famille?

Katya: Steven, moi, Elizabeth (3 ans) et bébé qui arrivera fin mai.

 

À quel endroit habitez-vous?

Katya: Nous habitons à Mont-Tremblant depuis un an.

 

Êtes-vous originaire de la région?

Steven: Je suis de Saint-Donat, je connaissais un peu le coin avant de déménager.

Katya: Je suis née à Le Gardeur et j’ai grandi à Lavaltrie. Depuis que nous nous sommes rencontrés, nous avons habité à Laval et Saint-Donat. Nous sommes déménagés à Mont-Tremblant parce que j’y ai trouvé un travail. Nous sommes vraiment heureux d’habiter ici, il y a tellement de services et d’activités pour les familles.

 

Avez-vous un réseau pour vous aider avec Elizabeth?

Steven: La famille de Katya s’implique beaucoup malgré la distance en gardant Élizabeth une fin de semaine par mois environ. Toutefois, se sera ma mère qui viendra à la maison à l’approche de l’arrivée de bébé.

Katya: Comme Steven ne conduit pas, elle pourra nous amener à l’hôpital et revenir s’occuper d’Elizabeth.

 

Comment avez-vous fait le choix que Steven reste à la maison?

Steven: Nous n’avions pas vraiment planifié ça, mais ça allait un peu de soi selon nos emplois respectifs.   Katya a un emploi avec de bonnes conditions. De mon côté, je n’avais rien contre le fait de rester à la maison, ça me convenait.

Katya: Lors de l’arrivée d’Elizabeth, nous avions pris chacun la moitié du congé parental. Je suis retournée au travail lorsqu’elle avait 9 mois. Cette fois-ci, comme Steven est à la maison depuis un moment, il n’a pas droit au RQAP. Je vais prendre le congé court et il va rester avec Elizabeth et le bébé. Avec mes horaires de travail atypiques, le fait que Steven ne conduise pas, les horaires de garderie… c’est moins stressant qu’il soit à la maison. Ça nous facilite la vie!

Pour ma part, j’aurais un peu plus de difficulté que lui à rester à la maison. En ce moment, je suis en retrait préventif et j’ai besoin de bouger,  de voir des gens.

 

Comment se partage la fameuse « charge mentale » dans votre famille?

Katya: C’est définitivement partagé à 50-50! Tout ce qui implique les finances et les déplacements avec la voiture, c’est moi qui m’en charge. Par contre, tout ce qui implique la maison, comme le lavage, le ménage et les repas, c’est Steven. Je n’y arriverais pas sans lui, et en prime, je suis mauvaise cuisinière. 😉

 

Comment votre entourage perçoit-il votre choix?

Katya: Les gens sont préoccupés à propos de la socialisation d’Elizabeth…ils se demandent comment ça se fera si elle ne va pas à la garderie. De notre côté, ça ne nous inquiète pas. Elle se développe bien et n’a pas de problème à jouer avec les autres.

Steven: Certaines personnes me disent qu’ils me trouvent bon, qu’ils ne seraient pas capables de rester à la maison avec les enfants. Pour moi, ce n’est pas un problème. Nous partageons les tâches et les moments avec Elizabeth. Le jour, je m’occupe d’elle et le soir, c’est Katya qui est plus présente. À ce moment-là, j’ai du temps pour moi. C’est un modèle qui fonctionne bien pour nous.

Elizabeth ne manque de rien, est n’est pas antisociale, elle est structurée… on l’intègre à notre routine, elle fait la cuisine avec moi et elle adore ça!

 

Qu’est-ce qui a le plus changé depuis l’arrivée d’Elizabeth?

Katya: Nous avions une idée plus traditionnelle de la famille avant d’avoir un enfant. Nous pensions « travail, maison, mariage, bébé ». Notre fille était un bébé surprise, nous habitions chez le père de Steven dans le but d’économiser pour l’achat d’une maison. Nos plans ont changé, nous nous sommes adaptés et c’est correct que ça se passe comme ça.

Un enfant, ça change la perception que nous avons de nous-mêmes. Qui suis-je en dehors de mon rôle de mère? C’est facile de se perdre dans la maternité et d’oublier la femme que j’étais avant.

Steven: Ça change le temps qu’on a pour soi et le temps de couple.

 

Qu’est-ce qui représente un défi pour votre famille?

Katya: Comme nous n’avons qu’un seul salaire et que celui-ci sera diminué pendant le congé de maternité et parental, la gestion du budget est prioritaire. Nous faisons passer les activités d’Elizabeth avant les nôtres.

Steven: Nous n’avons jamais eu besoin de beaucoup d’argent pour être heureux alors nous sommes capables de nous organiser avec un seul salaire. Lorsque nous avons une fin de semaine sans notre fille, nous ne faisons pas de grandes sorties. Nous profitons de ces moments-là pour être relax à la maison, nous faire un bon repas et écouter un film.

 

Quelles sont les activités que vous aimez faire avec Elizabeth?

Katya: Elle fait des ateliers d’éveil musical avec Estelle, du Petit conservatoire d’Estelle, et des cours de natation avec Karen Sampson. Nous allons beaucoup dehors et essayons de choisir des activités qui sont gratuites ou pas trop chères; nous avons essayé tous les parcs pour enfants à proximité avant de choisir celui que nous préférions.

Steven: Nous allons faire du patin, de la raquette, du hockey bottines. Nous sommes allés au Pays-des-Merveilles et à la Jungle Magique.

 

Quels sont les services qui facilitent votre vie familiale?

Katya: J’ai participé au cours d’aquaforme et de bootcamp avec Karen Sampson et elle m’a parlé de plusieurs services dans la région. Ça m’a aidé à connaître, entre autres, les haltes-allaitement Nourri-Source. C’est une bonne façon de rencontrer des familles qui ont des bébés. Je m’implique maintenant en tant que marraine d’allaitement.

Nous allons utiliser prochainement la halte-garderie de la Maison de la Famille du Nord et nous inscrire aux activités familiales. J’ai envie de participer aux petits déjeuners de la famille qu’ils offrent le mercredi. Comme je suis un peu timide, c’est un défi d’y aller pour une première fois. 😉

 

Quel conseil donneriez-vous à une famille qui songe à ce qu’un des parents reste à la maison?

Steven: Ce n’est pas une décision facile à prendre, il faut peser le pour et le contre. Ça nécessite une bonne communication entre les parents et un bon partage des tâches, des moments pour chacun et pour le couple. Une fois la décision prise, je leur dirais de foncer et de ne pas se laisser décourager par les commentaires de l’entourage.

Katya: Il faut être prêt à faire des sacrifices, mais il y a autant de bénéfices. Ne pas se limiter à cause du jugement des autres. De toute façon, la parentalité vient avec son lot de jugement… 😉

Pour en savoir plus:

Quand papa reste à la maison

Coup de pouce

 

Papa reste à la maison

Maman pour la vie

 

Être papa en 2017

Vie de parents