« Mon p’tit Mathis m’inspire à tous les jours.  Il va avoir 4 ans en octobre. Il me dit souvent que lui aussi souhaite aller à l’école parce qu’il veut être un professeur », répond Jade Guilbault, lorsqu’on lui demande qu’elle est sa plus grande motivation pour retourner à nouveau sur les bancs d’école, à temps plein !

 

C’est pour offrir une bonne vie à son fils que Jade s’est engagée à obtenir son diplôme d’études secondaires.  Elle planifie ensuite aller au Cégep pour compléter une technique de trois ans et, ultimement, devenir une denturologue.  « J’ai choisi ce métier parce que je veux améliorer la vie des gens.  Leur donner un nouveau sourire », explique la maman monoparentale, qui entretient une riche amitié avec sa belle-famille.

 

Déjà la rentrée ! Après avoir passé les vacances d’été avec maman, c’est le retour à la garderie pour Mathis. « Il trouve ça difficile mais il aime ça.  Il est content de savoir que je vais à l’école », partage l’étudiante qui réalise la chance qu’elle a d’avoir trouvé une place aussi rapidement dans un CPE !

 

Si tu veux, tu peux !

Native de Mirabel, Jade a grandi à Saint-Adolphe-d’Howard.  Elle habite aujourd’hui à Sainte-Agathe-des-Monts.  Afin de mieux nous faire comprendre l’ampleur de son défi, Jade explique ouvertement que lorsqu’elle avait 7 ans, ses parents ont vécu une séparation difficile.  À 9 ans, elle consommait de la marijuana.  Les drogues dures ont infiltré sa vie alors qu’elle avait 11 ans.  « J’étais une fille très solitaire sans aucun ami.  Une fille de bois, passionnée de carrosseries de voitures et de mécanique », précise-t-elle.

 

À 14 ans, elle abandonne l’école et commence à travailler à temps plein à l’âge de 15 ans.  Cette même année, elle rencontre le papa de son fils Mathis, qui est né lorsqu’elle avait 19 ans.  C’est suite à la faillite du restaurant pour lequel elle travaillait depuis trois ans, que Jade a pensé que le temps était propice pour faire le grand saut et de retourner aux études.

 

Sobre, sans drogues, depuis 7 ans et aujourd’hui âgée de 23 ans, cette aventurière de la vie est surnommée « Miss Souriante » par ses pairs qui étudient au Centre de formation générale des Cimes, à Sainte-Agathe-des-Monts.  « La clé du succès, selon moi, c’est de croire en toi.  Si tu veux, tu peux !  Le seul combat que tu perds, c’est celui que tu abandonnes », souhaite-t-elle ajouter.

 

Étudier à son propre rythme

« Ça l’air pire que ce l’est que d’étudier à temps plein et d’être maman.  Certaines journées sont plus difficiles mais ça se fait bien », explique Jade, enchaînant que le plus grand avantage de son programme d’études est qu’elle a la liberté d’avancer à son propre rythme.  Et elle avance bien! …malgré quelques arrêts dus à la maladie.

 

Au printemps dernier, Jade a eu une belle frousse lorsque Mathis a été pris d’une crise d’appendice et qu’ils ont dû passer quatre jours à l’hôpital, à Montréal, et deux semaines de convalescence à la maison. « Mes études n’en n’ont pas trop souffert », confirme-t-elle, même si quelques mois auparavant, une pause de trois semaines a été nécessaire pour se débarrasser de la dépression qui s’emparait d’elle : « Je m’étais tellement bien avancée dans mes travaux que ça n’a même pas paru dans mon dossier ».

 

Pour que Jade puisse obtenir son financement d’études, Emploi-Québec impose des exigences d’assiduité aux cours.  Les absences de maladie en font partie et doivent toujours être validées par un billet du médecin.  Malgré que certains peuvent trouver ces exigences contraignantes, Jade vit avec et les voit plutôt comme une source de motivation !

 

Je n’ai jamais ri autant !

D’être bien entourée fait aussi partie du succès que vit Jade. « L’école m’a beaucoup remontée.  J’ai le goût de tout faire ! », s’exclame la jeune adulte.  Jade est maintenant entourée d’un cercle d’amis.  « Des bonnes personnes, précise-t-elle. On va chez l’un ou chez l’autre.  On se fait un feu dehors.  On parle, on échange.  On se fait de bons soupers avec, parfois, un petit verre de vin.  C’est tellement agréable !  Je n’ai jamais ri autant ! »

 

Selon la jeune maman, Marcelle Paquette, agente de service social, au Centre de formation générale les Cimes de Sainte-Agathe est une personne fantastique, qui l’aide beaucoup.  « C’est elle qui organise les ateliers qui répondent aux besoins spécifiques du groupe de parents qui étudient à l’école.  C’est aussi elle qui m’a donné le goût de m’impliquer dans le Comité étudiants », souligne-t-elle.  Grâce, notamment à son implication dans la vie étudiante et à son travail acharné, Jade a gagné la bourse « Maman va à l’école », au printemps dernier.

 

Il y a aussi l’organisme PAIX  qui soutient les personnes en matière de violence dans la région – qui présente un atelier à tous les lundis pendant une période de cours. « C’est un moment important de la semaine pour moi, car j’y apprends à gérer mon stress et à bien respirer », note Jade.

 

À la question, y a-t-il une personne qui t’inspire particulièrement ?  Jade répond du tac au tac : « Plus que tout, ma belle-mère est extraordinaire !  Mathis et sa grand-mère sont super proches et elle est toujours là quand nous avons besoin d’elle ».

 

Souvent, quand le temps s’y prête, Mathis et Jade aiment se promener en auto.  Aller à la plage.  Se baigner au lac ou à la piscine.  Jouer au parc.  « Aujourd’hui, je peux rêver qu’un jour, Mathis et moi retourneront à la campagne et vivre dans notre propre maison.  Avoir un terrain et respirer », conclut Jade Guilbault, une jeune maman courageuse, qui donne le goût de se dépasser.

 

Jade et Mathis