Du 4 au 10 novembre, la Semaine nationale de l’immigration francophone est l’occasion de célébrer la diversité qui nous unit ainsi que les services d’accueil aux nouveaux arrivants, mis en place dans les communautés. 

 

« Les gens de la région sont intrigués par la voix chantante du Sud de la France de Thomas », souligne Jessica, sa conjointe et partenaire en affaires.  « Souvent, ça lui permet d’ouvrir la conversation avec les gens et les clients.  Comme quoi, la différence peut être un allier ! », ajoute la maman de Norah, qui a trois ans, et de Matisse, qui a vu le jour il y a cinq semaines.

 

La fibre de voyager

 

Thomas Ginieis est Français, Jessica Bouchard, Québécoise. Tous les deux sont cuisiniers.  La vie a amené Jessica à travailler dans l’Ouest canadien et en Australie.  Pour sa part, Thomas a débuté sa carrière très jeune, puisque dans son pays natal, le métier s’apprend dès l’âge de 14 ans.  Depuis, il a œuvré dans de réputés restaurants, notamment en France, au Japon, au Viêt Nam et en Angleterre.  La poursuite de son pèlerinage l’a amené à Vancouver et c’est son amour de la langue de chez nous qui l’a motivé à découvrir le Québec.

Et, puisque les cuisiniers travaillent de très longues heures, il n’est pas surprenant que Jessica et Thomas se soient rencontrés dans la cuisine d’un restaurant ! « Thomas avait prévu rester quelques mois à Montréal », explique Jessica en souriant, avant d’ajouter que ça fait maintenant cinq ans qu’ils partagent leur vie dans la belle province.

 

Le désir de s’enraciner

 

C’est la venue au monde de Norah qui a renforci leur désir de s’établir en région, dans un milieu naturel et montagneux.  Le choix de s’établir au Québec versus en France a été facile, selon Jessica qui a grandi dans la région de Lanaudière : « Je ne peux pas me passer de la neige et j’ai toujours été attirée par les Laurentides. Thomas, lui, trouve la vie simple et agréable ici.  Il apprécie beaucoup les grands espaces, la nature et l’accueil des gens ».

Ils ont choisi de s’établir à Val-David en 2016.  La petite Norah avait à peine six mois à l’époque. « De plus, l’arrivée de notre deuxième enfant, il y a cinq semaines, nous donne encore plus le goût de s’enraciner, de s’acheter une maison et d’établir notre entreprise ».

Arrivés à une époque charnière de leurs délires alimentaires, Thomas et Jessica ont démarré Deus Entremetteurs.  Vous connaissez ?  C’est une boutique en ligne de prêt-à-manger locale et familiale.  Une idée originale de nos deux compères cuisiniers.  « Il importe de souligner qu’au tout début, afin d’ouvrir notre commerce, la Corporation de développement économique de la MRC des Laurentides (CDE) nous a grandement aidé pour nous propulser dans notre métier d’entrepreneur.  Leurs services ont fait une grande différence pour nous ».

 

L’avenir à envisager

 

D’entrée de jeu, à leur arrivée dans les Laurentides, Thomas et Jessica ont participé à un « 5 à 7 » des familles organisé par les partenaires du Cal en bourg 0-5 ans.  Ce qui leur a permis d’échanger avec d’autres parents, de se trouver une gardienne et de découvrir les services qui leur étaient offerts pour s’établir dans la région.

« Il ne faut pas se le cacher, une fois qu’on s’installe dans une nouvelle région, il faut envisager l’avenir et on a découvert une ressource inestimable dans l’accompagnement de Josée Dufresne qui travaillait à l’époque chez Ressource Laurentides.  Elle a fait toute la différence pour nous et nous savons que la vie ne serait pas pareille si elle n’avait pas été là », tient à souligner Jessica avant d’ajouter : « Avec Josée, on ne s’est jamais sentis seuls.  Tous nos amis, on les a connus grâce à elle ».

D’une voix remplie d’appréciation, Jessica conclut : « Le running gag dans notre cercle d’amis c’est qu’il devrait y avoir un énorme panneau sur l’Autoroute 15, à l’entrée de la région, où l’on verrait Josée, souriante comme toujours, souhaitant la bienvenue à tous.   Car pour nous, nouveaux arrivants, c’est elle le cœur des Laurentides ! ».

 


 

Par Anny Champoux, agente de soutien aux communications au Cal en bourg