Salut ma doula, 

 

Désolée pour le « ma », depuis que je suis maman, je suis un peu possessive, Ah! Je n’ai pas osé te l’avouer à notre première rencontre, mais je ne savais même pas que ton métier existait! En fait, je crois que je confondais avec celui de sage-femme.

 

Je ne remercierai jamais assez mes collègues qui sans le savoir, auront changé le cours de mon expérience en me parlant des Doulas, de toi. Pour moi, bien que désirée et positive, cette grossesse était aussi  empreinte d’anxiété et d’inquiétudes face à l’inconnu qui m’attendait.

 

Allais-je bien gérer la douleur, paniquer, être capable?

Mon chum allait-il trouver sa place, vivre le moment?

 

On se fait répéter que les femmes accouchent depuis toujours, qu’on ne sera pas la première ni la dernière. Ces phrases banalisent l’événement, possiblement le plus marquant de notre vie, en plus de nous faire sentir stupide de s’en inquiéter. C’est faux de dire que c’est évident pour toutes! Quand on s’arrête un instant pour constater tout ce qu’implique la maternité, il me semble qu’être accompagnée à travers ce passage va de soi.

 

Honnêtement, ce fut un chemin demandant, physiquement et mentalement. Ce qu’on peut se sentir extraterrestre de ne pas trouver cela aussi beau et naturel de voir son corps changer, son ventre bouger, de comprendre qu’un être humain se forme en nous. En fait, ça a été aussi impressionnant que déstabilisant pour moi.

 

La possibilité d’être accompagnée m’a d’abord fait peur. C’est un moment privé, unique. Est-ce qu’on allait y inclure une inconnue? Puis la première rencontre a eu lieu, juste « pour voir ». Et on a vu. L’écoute, l’ouverture, la douceur que tu allais nous offrir. Coup de coeur.

 

Chère Doula, tu as instantanément touché nos coeurs. Tu es venue nous valider, mon copain et moi, dans nos craintes et questionnements. Tu nous a donné le droit. Simplement. Aussi, tu as démystifié, informé, soulagé, toujours sans jugement. C’est fou ce que le corps humain est bien fait et tu as su nous le rappeler.

 

Que dire de ta présence à l’accouchement, calme, compétente. De tes techniques pour aider à démarrer le travail jusqu’à tes paroles rassurantes lors de mon départ en salle d’opération, en passant par les glaçons et les étirements qui soulagent. Tu as su être le pilier qui nous a permis, à papa, bébé et moi, de vivre pleinement ce passage. Tu as eu confiance en nous, en nos capacités, tellement qu’on y a cru aussi.

 

Avoir une accompagnante à la naissance permet un avant éducatif, un pendant moins terrifiant et un après supportant.

 

Je souhaite faire connaître ta vocation, bien sûr auprès de toutes les futures mamans et celles qui ont peut-être vécu un premier accouchement difficile, mais surtout aux papas en devenir. Les papas qui ne savent  pas où se mettre, quoi dire, comment faire. La Doula ne fera pas à leur place, non. Elle leur apprendra, les supportera. Elle les guidera vers ce qui sera en fait leurs premiers gestes dans leur nouveau rôle, celui de papa.

 

Pour tout cela, on te dit merci MA Doula!

 

 

Nath P., Val-David

Novembre 2018


Nath P. est maintenant maman. À travers ses récits lucides, sans filtre, elle nous livre ses histoires de maternité.  Sensible, ouverte, critique, Nath P. doit apprivoiser son nouveau rôle. Le but de ses écrits? Sortir des clichés et présenter une autre réalité, la sienne, afin d’aider les nouvelles mères à ne pas se sentir seules au monde.