L’école se termine à peine en juin qu’on prépare déjà la rentrée scolaire de septembre dans la maisonnée d’Anne et de Yanick qui, ensemble, ont une famille reconstituée de six enfants, âgés de trois à 13 ans. 

 

Pour faire une histoire courte, avant de se fréquenter, Anne et Yanick se connaissaient bien puisqu’ils étaient voisins de pallier, à Sainte-Agathe-des-Monts.  « Yanick habitait en haut avec son ex.  Moi, j’étais monoparentale et je vivais au rez-de-chaussée, avec mes deux enfants.  Ses trois enfants et les miens jouaient tout le temps ensemble.  Soit qu’ils étaient chez moi, soit qu’ils étaient chez lui.  L’ex de Yanick et moi, on prenait souvent un café pour socialiser », raconte Anne, continuant : « Un soir, voulant se protéger, suite à une altercation avec l’amant de son ex qui était décidé à prendre sa place, Yanick est venu se réfugier chez moi.  Et il est resté. Une semaine plus tard, je tombais enceinte de Dylan, qui a aujourd’hui trois ans ».

 

Anne confie qu’au début de leur relation, elle et Yanick étaient comme deux adolescents.  « Quand on voyait un p’tit arriver, on se décollait ! », ricane-t-elle.  Au niveau de l’acceptation de cette nouvelle réalité au sein de la fratrie, ça n’a pas été compliqué.  Et l’arrivée du nouveau-né, Dylan, neuf mois plus tard, s’est bien passée pour tout le monde.

 

Vacances ou pas, on se lève de bonne heure !

 

« Chez nous, la période estivale ne change pas grand-chose à l’année scolaire.  On se lève aussi de bonne heure !  Au lieu de l’école, ce sont les camps de jour », souligne la matriarche agathoise.   Durant l’été, ils en profitent pour aller se baigner à la plage de Sainte-Agathe, jouer au parc à la Place Lagny, se promener en nature et visiter les alentours.  « On n’a pas de voiture pour aller à La Ronde, ce qui ne nous empêche pas de passer de beaux moments ensemble », confie Anne.

 

La saison chaude a été fort occupée au sein de la famille.  Lauranne (9 ans) a fréquenté le camp de jour de Sainte-Agathe tout l’été.  Pour Nathan 11 ans, une pause à la Base de plein air Bon départ, lui a permis de vivre l’expérience du camp de vacances pendant neuf jours, à Wenworth-Nord.  En ce qui a trait à l’été de Ludovic (10 ans), il s’est promené d’une semaine à l’autre entre le domicile de sa mère et celui de son père.  L’aînée, Lanny-Jade (13 ans), a tenté de se trouver un emploi au début de l’été, sans succès.  « Elle demeure très active et n’a pas perdu espoir. Elle aimerait tant que les sous rentrent pour aller magasiner! », ajoute Anne.

 

À la question « Selon toi, qu’y a-t-il de différent dans votre maisonnée, animée de six enfants ? », la maman répond : « On se doit d’être plus structuré. On impose des heures de repas et un horaire de douches, on choisit des menus variés et tout le monde doit mettre la main à la pâte. Je pense qu’on encadre plus les enfants que d’autres familles ».

 

Selon Anne, il y a aussi des équipes de deux qui se sont formées au sein de la fratrie.  On retrouve donc les plus jeunes, Mathis (5 ans) et Dylan (3 ans), ensemble.  Les complices Nathan et Lauranne, eux, vont parfois aider Mathis.  « Mais c’est rare », s’empresse d’ajouter Anne.  Et le troisième duo est composé de Ludovic et Lanny-Jade, qui couvrent sous leurs ailes le petit Dylan.

 

La Rentrée, ça se prépare !

Durant l’été, Mathis et Dylan, sont allés au CPE L’Antre-Temps, de Sainte-Agathe.  « Mathis était en retrait progressif de la garderie et se prépare à faire son entrée à la maternelle. Il a hâte de commencer ! », commente Anne.   Il fréquentera l’école Fleur-des-Neiges, à Sainte-Agathe-des-Monts, tout comme Lauranne, Ludovic et Nathan.  « Contrairement aux trois autres, il devra dîner à l’école, puisque, d’après l’école, c’est trop loin pour lui de venir dîner à la maison », précise la maman qui devra, du même coup, payer pour le service de garde au dîner.

 

Pour sa part, Lanny-Jade fréquente la Polyvalente-des-Monts et elle s’y plaît.  « Elle est studieuse et aime l’école », remarque Anne qui précise que tout son matériel scolaire a été acheté au début juillet.

 

Seulement pour le matériel scolaire, Anne et Yanick estiment les frais à plus de 600$ chaque année pour la famille. Pour des raisons de santé, la famille reçoit l’aide de dernier recours du gouvernement, mieux connue comme l’aide sociale.  Ce qui fait en sorte qu’en juillet, la famille reçoit une allocation familiale spéciale de 500$, combinée à l’aide sociale supplémentaire pour les effets scolaires de 400$, au mois d’août.  Tout ça aide grandement.  De plus, l’an passé, le Centre de pédiatrie sociale Cœur des Laurentides a offert les sacs d’école et les boîtes à lunch pour tout l’équipage.

 

Selon Anne, qui a été élevée sans frère ni sœur, elle trouve exceptionnelle la chance qu’ont les six enfants de vivre cette relation fraternelle.  « Certains parlent déjà d’aller vivre en appartement ensemble ! », raconte-t-elle, avant de conclure : « Ils ont la chance de tisser des liens entre eux tout au long de leur jeunesse et ils savent qu’ils pourront toujours compter l’un sur l’autre.  Et je pense qu’on peut considérer ça, comme être riche ! ».

 

 

 

Texte: Anny Champoux

Photo: Dominic Bouffard