23/03/2020  – La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse s’inquiète des impacts de la crise du Coronavirus sur les enfants plus vulnérables, demande au gouvernement une grande vigilance, et appelle chaque Québécois et Québécoise à devenir protecteur d’un enfant.

 

La Commission constate que l’arrêt de la fréquentation de l’école ou des services de garde imposé par la situation actuelle fragilise le filet social qui entoure les enfants. La Commission anticipe également l’impact sur les enfants de la situation économique de plus en plus difficile pour certains parents, conséquence de la crise actuelle. « Plusieurs parents ont perdu ou pourraient perdre leur emploi et se retrouver dans une situation précaire. La tension pourrait augmenter dans certains foyers. L’isolement et le fait pour certaines familles de vivre dans un petit espace 24 heures sur 24 peuvent aussi faire grossir les risques d’escalade?» fait valoir Philippe-André Tessier, président de la Commission.

 

Mme Arpin appelle par conséquent la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) et toute la société québécoise à une vigilance accrue pour protéger les enfants. « J’invite chaque personne à se soucier des enfants de son entourage et à s’en faire la protectrice ou le protecteur. Téléphonez à vos nièces, vos petits-enfants ou vos jeunes voisins pour leur demander comment ils vont, envoyez-leur des messages courriel ou via les réseaux sociaux s’ils y sont présents. Soyez là pour elles et pour eux?».

 

La Commission rappelle également que toute personne qui est témoin d’une situation qui menace la sécurité ou l’intégrité d’un enfant a l’obligation de signaler cette situation à la DPJ.

 

 


Image par RitaE de Pixabay