21/05/2020  – Nous nous sommes entretenus avec Andrée-Ann Charest, intervenante sociale, criminologue de formation, qui œuvre au 8-1-1, option Info-Social, depuis septembre 2019. Le centre où elle travaille, qui doit rester confidentiel, dessert la grande région des Laurentides : d’Antoine-Labelle à Mirabel en passant par Argenteuil et Deux-Montagnes.

 

L’un des mandats de l’Info-Social est de procéder aux demandes pour que les gens reçoivent des services du CLSC. « Pour une personne comme moi, qui veut venir en aide à l’être humain, c’est une excellente expérience. J’apprends sur plusieurs problématiques sociales et je réussis à donner de l’espoir à des gens dans la détresse. On sauve des vies! », explique Andrée-Ann, qui trouve dans son travail une forte raison d’être. « L’anxiété, les idées suicidaires, les difficultés liées à la dépendance et aux troubles de comportements chez les enfants sont des problématiques fréquemment abordés lors des appels », précise l’intervenante.

 

« Un autre aspect de nos services, méconnu de la population, est que nous procédons à l’estimation du risque suicidaire, du risque d’homicide et de l’évaluation de l’état mental des gens, lorsque les policiers sont appelés à intervenir dans ces situations. Nous nous assurons de mettre en place les services adéquats afin de venir en aide à la personne et d’assurer sa sécurité ainsi que celle d’autrui », ajoute-t-elle.

 

Une équipe dévouée

 

Andrée-Ann souligne qu’au 8-1-1 Info-Social, tout le monde est 100% à l’écoute des gens qui appellent. « C’est exigeant émotionnellement, car, vous imaginerez bien, c’est rare qu’une personne nous appelle parce qu’elle va bien! Chaque membre de l’équipe est dévoué et on se soutient vraiment entre collègues. On travaille dans un milieu convivial, lumineux et coloré et c’est inspirant. Nous sommes des professionnels consciencieux. On prend le temps avec chaque personne qui communique avec nous. Et il y a toujours quelqu’un au bout du fil! »

 

Le service est offert 24 heures par jour, 365 jours par année. Toute personne résidant au Québec peut appeler Info-Social 8-1-1 pour elle-même ou pour un proche.  Les renseignements personnels demandés par l’intervenant demeurent confidentiels. Toutefois, il n’est pas obligatoire de les fournir. Si vous ne souhaitez pas le faire, vous pouvez simplement le mentionner. De plus, la population anglophone du Québec peut obtenir une réponse en anglais.

 

En période de pandémie

 

Depuis le début des mesures de confinement, Andrée-Ann a observé une hausse d’appels d’aînés isolés.  « Les personnes âgées à qui l’on parle sont vraiment en grande détresse. Elles sont plus déprimées, plus anxieuses. La plupart du temps, tout ce dont elles ont besoin c’est d’avoir quelqu’un à l’écoute. On leur fait voir le positif. On leur change les idées, confie l’ange-gardienne. Le service offert est d’autant plus essentiel en temps de pandémie. Il ne faut pas hésiter à composer le 8-1-1, choisir l’option 2 et parler de son état à l’un de nos professionnels. Nous sommes toujours là ».

 

 


Texte rédigé par Anny Champoux

Photos: Gracieuseté Andrée-Ann Charest

Sur la photo d’équipe: De gauche à droite: Claudia Ruano, Caroline Clément, Marie-France Vernier, Andrée-Ann Charest, Alexandra Drapeau, Chanel Aloise (assise), Sarah-Maude Chassé, Gabrielle Larose-Gargantini et Ariane Dupuis (assise à l’avant).