Maman d’Isaac (7 ans) et de Kayla (6 ans), Glenda Nadège s’affirme féministe. Elle s’entraîne présentement pour son plus gros défi sportif, The Wilderness Traverse.  Femme sportive et accomplie, elle fut inspirée très jeune par un livre qu’elle a lu en 3e année du primaire sur les Droits de l’homme. « Je ne suis pas militante pour un groupe en particulier en ce moment, mais j’ai une voix et quand j’ai la chance de parler de mes convictions, je le fais », partage la citoyenne de Saint-Faustin-Lac-Carré.

Rappelons que l’Article Premier de la Déclaration universelle des droits de l’homme se prononce ainsi : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ».

Être maître de ses choix

Depuis qu’ils sont tout-petits, Nadège lit à ses enfants presque tous les soirs. « J’aimerais que mes enfants aient un esprit critique plus tard, afin qu’ils puissent faire leur propre opinion, même si ce n’est pas toujours la mienne. Je compte les exposer à différentes pensées et leur expliquer la mienne quand ils seront un peu plus vieux. Pour le moment je veux les laisser être des enfants », souligne la maman qui croit qu’une femme peut décider de qui elle veut être et que personne ne l’empêche de le devenir.

 « Inspirée de ma mère, j’ai toujours eu dans l’idée d’être une maman à la maison pour quelques années, afin d’élever mes enfants en bas âge », confie Nadège qui croit que les femmes sont maîtres de leurs choix.  

Originaire de Montréal, Nadège a grandi entourée d’une famille tissée serrée.  Elle a fait ses études post-secondaires au Cegep John Abbott en anglais et elle a gradué à l’UQAM en français. Détentrice d’un baccalauréat en économie, Nadège est aujourd’hui courtière hypothécaire, une profession qui lui permet de mettre à profit les connaissances de son domaine d’étude.

 « Quand je suis tombée en amour avec le père de mes enfants, j’en voulais quatre ! », raconte Nadège. Malgré que le couple soit séparé, le papa d’Isaac et Kayla est toujours très impliqué dans la vie de ses enfants.

Première naissance difficile

Isaac avait quatre mois lorsque la famille a choisi le Nord pour s’enraciner.  « On a toujours été très sportifs et on aime la région », précise Nadège, qui a vécu un premier accouchement très difficile.

« J’étais vraiment amochée après l’accouchement de Isaac, qui pesait un peu plus de 9 livres à la naissance.  Mon bassin s’était déplacé.  J’avais de la difficulté à lever ma jambe et de bouger.  Chaque fois que je me couchais, j’avais de la difficulté à respirer », explique Nadège qui a dû adopter un allaitement hybride temporairement pour satisfaire l’appétit d’Isaac qui buvait aux 45 minutes. « Après une semaine et demie, j’ai eu ma montée de lait. L’allaitement s’est ajusté après 2 mois et demi environ », précise-t-elle.

Pour la naissance de Kayla, tout s’est déroulé à merveille. Le couple n’avait pas pris de chance suite à l’expérience précédente et a choisi d’être soutenu par une accompagnante à la naissance, Amélie Blanchette.  « Elle a su nous mettre en confiance. Elle a été merveilleuse », se rappelle Nadège.

S’impliquer et bouger

Durant les trois années qu’elle a été mère au foyer, Nadège s’est engagée dans la communauté en s’impliquant comme bénévole à la halte-garderie de la Maison de la Famille du Nord.  Elle a ensuite siégé sur le conseil d’administration de l’organisme pendant deux ans. « Je veux inculquer cette valeur d’engagement à mes enfants », souligne-t-elle.

C’est aussi durant cette période qu’elle a commencé à faire du cardio et de l’aqua-poussette avec Karen Sampson. « J’ai toujours été sportive.  Je ne peux me passer de l’exercice », affirme-t-elle.  Sa rencontre avec l’inspirante Cathy Bergman, lors d’une conférence organisée par un regroupement de femmes d’affaires a été déterminante.  « Elle m’a motivée à m’inscrire au triathlon d’essai Try a try, de Tri-Action Mont-Tremblant & RobFit Mont-Tremblant », précise Nadège. C’était en 2018.

Ce premier triathlon la mettait au défi de nager 300 mètres, suivi d’une course à pied de 2,5 kilomètres, terminé par 10 kilomètres de vélo.  « Je n’avais pas eu le temps de m’entraîner pour la nage. Je courais quand même, alors j’y suis allée.  Je suis sortie de l’eau la dernière et je me suis reprise à la course et au vélo.  J’ai eu la piqûre ! », raconte Nadège qui a du même coup gagné un prix de présence de  cinq accès à un club d’entraînement.

Depuis, elle a relevé un Triathlon Sprint, en 2019 et recommence l’entraînement en vue d’un triathlon olympique au mois de juin, suivi du Wilderness Traverse qui aura lieu en août prochain.  « C’est un gros défi de 35 kilomètres de course en sentier, 30 kilomètres de canot et 85 kilomètres de vélo.  Le tout, en 24 heures ! », envisage-t-elle, motivée.

Malgré un agenda chargé, Nadège prend le temps de s’entraîner.  Elle continue d’être engagée dans sa communauté.  Plus que tout, la maman souhaite que son fils Isaac devienne un homme respectueux envers les femmes et que sa fille Kayla ait la confiance en elle pour faire ses choix de vie librement.

« Je veux garder un équilibre entre la vie familiale et professionnelle, car je crois que pour donner une bonne base de valeurs à mes enfants et d’en faire de bons êtres humains, l’éducation commence à la maison », conclut Nadège, qui n’hésite jamais à faire valoir la liberté des choix.

———–

Texte: Anny Champoux

Photo: Dominic Bouffard